Halakha du jour

Peut-on porter un enfant chabbat si celui sait déjà marcher* ?

Il est strictement interdit de porter un enfant le chabbat, même s’il arrive à marcher de lui même .

Et le Choulhan Âroukh Harav (308,81) écris qu’il convient de diffuser cette Halaha,car les erreurs à ce sujet sont extrêmement répandues !

En effet , la seul différence consiste au fait que dans le cas où il sait marcher de lui même, on transgresse un interdit d’ordre rabbinique, et non toraiique mais ça reste interdit tout comme éteindre la lumière Chabbat! (interdit d’ordre Rabbinique)

Alors que faire si l’enfant risque de pleurer ou d’être fatiguer ?

La réponse est toute simple :
« Il reste a la maison »
En effet ,on ne rentrer pas dans une situation ou on risque de faire un interdit !

A posteriori si on est déjà sorti (et qu’on a alors pris le risque ) et que l’enfant se met a pleurer et ne veut plus marcher ; peut-on le porter?

Certains décisionnaires tolèrent à condition de se trouver dans un Karmelite (chose assez difficile pour les Séfaradimes) car il s’agirait d’un Chevout dechvout bimkome tsaar ( voir Ch Âroukh 307,5). Pour les Séfaradimes il faudra plutôt s’arrêter tous les 2m .

Mais d’autres rétorquent que chvout dechvout n’est autorisé que par un goy et nan quand soit même on fait l’action ! [Voir le Beth Yossef 307,5 où il en ressort que le heter n’est qu’avec le goy ,et c’est ce qui ressort en réalité de la guemara érouvine 68,a et ainsi écris le Caf hahayime (307,52) . Voir aussi le Choné Halakhote qui écris que le Beour Halaha 349,5 n’a pas vraiment tranché a ce sujet et est resté dans le doute (Voir Michna beroura dirchou a la fin page 30 note 20)
Voir toutefois le Igrot moche ( O.H helek 4 siman 91,1 ainsi que le ‘Hazon Ovadia Chabbat Tome 3]

C’est pourquoi même a posteriori il n’est pas évident d’autoriser.
Si on a pas de goy sous la main , on optera plutot pour la solution de s’arrêter tous les 2 m . Ainsi on réfléchira a 2 fois la prochaine fois avant de sortir avec l’enfant .

Top